Portrait de vignerons : Franck et Véronique Terral

Anne Lataillade, célèbre blogueuse de Papilles et Pupilles, nous emmène à la rencontre de Franck et Véronique Terral, du Château Moulin de Peyronin.

« Ils s’appellent Franck et Véronique Terral et ils sont depuis 2006 propriétaires du Château Moulin de Peyronin à Pujols. Leur Clairet 2018 est Oscar des Bordeaux et je vous emmène à leur rencontre »

Pourquoi avoir eu envie, si jeunes, d’acquérir une propriété ?

Même si nous ne sommes pas issus de parents viticulteurs, nous avons toujours voulu travailler tous les deux dans le milieu du vin. Franck, titulaire d’un BTS Oenologie, a commencé sa carrière dans différentes propriétés alors que moi, titulaire d’un BTS technicocommercial Vins et Spiritueux. je démarrais à la maison du vin de Saint Emilion. Nous rêvions vins et nous nous disions que nous pouvions faire l’acquisition d’un ou deux hectares pour faire notre propre vin, en plus de nos boulots respectifs. Mais nous nous sommes rendus compte que cela allait être compliqué. 

Vous avez donc cherché à acquérir une propriété plus grande ?

Oui, mais c’était difficile car nous n’avions pas d’apport. Nous en avons visité quelques unes et nous avons eu le coup de cœur pour le Château Moulin de Peyronin. Il y avait les vignes, la maison, les chais, les bâtiments. Tout ce qu’il nous fallait. Et en plus, toute la production était en agriculture biologique, ce qui correspondait à nos envies.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile ?

Il a fallu remettre les vignes et état. Cela a été un travail de Titan, qui n’est d’ailleurs pas encore terminé. Nous continuons d’arracher et de replanter. Et puis il a fallu vendre notre production. Nous avons décidé de participer à de nombreuses foires et salons, principalement bio. Nous avions la chance qu’il n’y ait pas beaucoup de viticulteurs et cela nous a permis de faire notre place. Aujourd’hui nous en faisons toujours mais plutôt une dizaine par an qu’une vingtaine au début.

Quels sont vos autres modes de commercialisation ?

Nous avons aussi une cabane à Montalivet sur le marché, et pendant toute la saison touristique nous y sommes. Elle est accolée à un stand d’huîtres et les gens consomment sur place. Nous commercialisons aussi auprès du circuit bio (type Biocoop), quelques restaurants, Amap, et aussi un négociant qui nous prend beaucoup de bouteilles de rouge.

Combien de vins différents produisez-vous ?

Nous produisons 2 rouges, un classique et une cuvée Romane vieillie en fûts de chênes, 2 blancs (pareil, 1 classique et un vieilli), un rosé, un Clairet, 1 Crémant, parfois du jus de raisins et cette année nous avons même fait une micro cuvée avec un blanc de macération, d’oxydation.

Vous ne travaillez que tous les deux sur la propriété.

Nous avons 1 personne en CDD qui nous aide mais nous travaillons énormément. Nous n’avons pris nos premières vraies vacances qu’il y a 2 ans.

Comment expliquez-vous le succès de vos vins ?

Notre travail bien sur mais aussi notre terroir. Il est très beau avec une très belle exposition.

En parlant de votre Clairet primé, quelles sont pour vous ses qualités ?

Sa couleur grenadine. Il n’est ni pâle, ni trop foncé. Ensuite, c’est un rosé qui est vineux, avec des arômes de fraises, de fruits rouges. Il a assez de corps pour vous accompagner pendant tout un déjeuner estival.

Quelle est la température idéale de dégustation d’un Clairet ?

Il doit être frais mais pas trop. Je conseille de le servir à une température de 10/12°C.

 

Quelques questions subsidiaires

Bordeaux rouge ou Bordeaux blanc  ?

Vin blanc.

Rosé ou Clairet ?

Clairet bien sur !

Bouchon en liège ou bouchon à vis ?

Vous m’auriez dit plastique, cela aurait été un non catégorique, cela ne convient pas du tout au bio. Le bouchon à vis, certains en disent du bien, mais je reste très attaché au liège pour l’instant, m’a confié Franck.

Vin d’assemblage ou de cépage ?

Tous nos vins sont des vins d’assemblages, excepté le rosé qui est un 100% Malbec. Mais j’aimerais bien tenter un rouge 100% Malbec.

Girondins ou UBB ?

Plutôt UBB, mais je soutiens aussi les Girondins de Bordeaux. Je suis assez chauvin.

Noir Désir ou Pascal Obispo ?

Noir Désir, j’étais un inconditionnel à la grande époque.

Huîtres du bassin ou Caviar d’Aquitaine ?

Huîtres, avec un délicieux Château Moulin de Peyronin blanc.

Facebook ou Twitter ?

 Facebook, mais j’ai beaucoup de mal à l’alimenter, je manque de temps.

 

Merci Véronique etFranck

 

Plus d’infos
Château Moulin de Peyronin – 33 350 Pujols
www.chateaumoulindepeyronin.com
Page Facebook