Ouvrir cette lettre d'information dans votre navigateur

Planète Bordeaux

Flash d'information des AOC Bordeaux et Bordeaux Supérieur

 
Planète Bordeaux
Planète Bordeaux

Vendredi 6 avril 2018

 
 
 

Edito de Bernard FARGES

 

« Chers collègues,

 

Le Cuivre sera-t-il interdit ?

Voilà une question à laquelle nous ne nous attendions pas.

 

Pourtant, c’est ce qui va se jouer dans les semaines et mois à venir, d’abord au niveau européen puis en France.

En janvier, l’Autorité européenne de sécurité des aliments ( EFSA) a transmis à la Commission Européenne ses conclusions concernant le cuivre. Elle estime qu’il représenterait des risques pour les travailleurs et l’environnement.

La France n’a toujours pas soutenu sa ré-homologation et le plus haut responsable de la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) nous a dit droit dans les yeux : « ce sujet est un sujet de santé publique, la disparition du cuivre n’est pas notre problème ».

Rappelons que la DGAL est une administration sous l’autorité du Ministre de l’Agriculture…

Nous le savons tous, le cuivre est vital pour la viticulture bio et il est indispensable pour la viticulture conventionnelle en France.

C’est parce que la filière viticole tend à éviter les produits classés CMR que nous constatons mécaniquement l’augmentation des ventes de cuivre, cela devrait réjouir tout le monde !

Pour autant, il n’existe pas de pesticides totalement neutres et même si certains ne veulent pas l’admettre, le cuivre fait partie des pesticides.

L’objectif de la réduction forte, voire même de la sortie de l’usage des pesticides est valable pour tous les pesticides et cet objectif demande du temps, des investissements et du pragmatisme.

Les solutions viendront de la recherche, de l’innovation et probablement pas des techniques utilisées il y a un siècle.

L’interdiction à court terme du cuivre en viticulture signifierait la mort de la viticulture bio en France et l’augmentation de l’usage des produits de synthèse en viticulture conventionnelle.

 

Voilà l’enjeu !

 

Toute la viticulture se mobilise aujourd’hui sur ce sujet pour obtenir gain de cause, en ayant conscience de la nécessité de trouver au plus vite des alternatives techniquement et économiquement crédibles au cuivre.

L’Etat français doit soutenir une nouvelle homologation du cuivre sans réserve et travailler avec la filière viticole aux solutions innovantes. »

 

Lire la suite du Flash d’avril

 
 
 
 
 

L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE. A CONSOMMER AVEC MODERATION

 
nous suivre Twitter Facebook instagram Pinterest